Photo de groupe à la carrière de la troche

Vous étiez une quarantaine à participer à cette marche inédite dans la commune. Au fil de la balade, vous avez pu écouter les 7 conférences menées par nos partenaires locaux.

L’occasion parfaite pour échanger différemment sur le monde qui nous entoure, dans des cadres variés à la fois urbains et verts.

Vidéo

Résumé des conférences

Le chiroptérologue Quentin Rouy, de l’association Azimut 230, accompagné de sa fille Ambre, nous  a permis de nous mettre dans la peau du seul mammifère volant au monde. Grâce à une présentation illustrée et une immersion sonore, il nous a notamment fait découvrir ce sixième sens bien singulier des chauves-souris, l’écholocalisation, lui permettant de se repérer, de chasser et de faire la cour.  On retrouve 5 espèces de chauves-souris autour d’Orsay. Il faut savoir que la plus petite chauve-souris au monde pèse 2 grammes, la plus grande, Pteropus vampyrus, vivant aux Philippines, mesure 1,7 mètre d’envergure, mais mange uniquement des fruits malgré son nom et non pas le sang des petits enfants. 

Les Écodélégués du lycée Blaise Pascal, lycée écoresponsable depuis 2013, mènent de nombreux projets alliant sensibilisation et solutions pratiques. Les biodéchets de la cantine sont valorisés pour servir d’intrants à un agriculteur du plateau. Une grande variété de déchets (papiers, cartons, piles, bouchons, cartouches d'imprimante, etc) est triée au sein du lycée pour être recyclés. Les écodélégué.es ont également mis en place un éco-pâturage de moutons, assurant la sélection et un entretien naturel des espaces verts. Les 5 essaims d’abeilles du lycée donnent en moyenne 70 kg de miel par an. Une installation aquaponique alliant élevage de poissons et culture végétale est fonctionnelle depuis l'année dernière.

L’action du Repair Café s’inscrit dans une démarche de lutte contre l’obsolescence programmée. L’année dernière, 8 tonnes de carbone ont pu être évitées grâce aux réparations effectuées sur une grande diversité d’objets (électroniques, bois, textile, etc) par les bénévoles. Jean Senellard, président de l'association nous rappelle que le recyclage n’est pas une solution permettant la réduction des gaz à effet de serre. Pour tout achat, il nous encourage à suivre la méthode BISOU (Besoin ? -  dans l’Immédiateté ?  - en a-t-on un Semblable ? - l’Origine du produit ? - Utilité ?). Le cœur du projet n’est pas seulement la réparation des objets, c’est également le besoin d’échanger et de se retrouver autour d’une activité manuelle accessible à toutes et tous.

Au pied d’un cyprès chauve, un des arbres remarquables de la ville cartographiés par l’association, Nicole Giocanti nous a présenté les actions de valorisation de la diversité floristique, autant commune que remarquable, par l’association Les Herbes Sauvages (LHS). Des sorties de terrain sont organisées pour découvrir cette riche biodiversité orcéenne, comme notamment l’étoile d’eau, une plante rare présente dans le bois de la Troche. Les bénévoles réalisent également des inventaires floristiques et leurs suivis dans différents milieux (boisés, zones humides) d’Orsay et de la région proche.

Les étoiles sont de plus en plus difficiles à observer à cause de la pollution lumineuse, liés aux éclairages artificiels des activités humaines. L'Association Astronomique de la Vallée (AAV) nous a présenté les différents impacts d’une disparition progressive des étoiles et du besoin de retrouver un ciel non-pollué pour apprécier de nouveau les merveilles célestes (étoiles, galaxies, nébuleuse, etc...). Une conférence qui s'est tenue sur le tarrain de l'Observatoire du Centaure, rue Nicolas Appert.

Le Château de Corbeville a été édifié vers 1520. Il a connu de nombreux propriétaires. Le boisement de l’espace de Corbeville est en partie issu d’activités agricoles anciennes (verger de châtaignier), de boisements plus spontanés (chênaies) et de plantations ornementales. L’étude du boisement en 2018 a mis en évidence que les enjeux écologiques se focalisent autour de la Châtaigneraie ; les arbres abimés avec de nombreuses cavités offrent de nombreux micro-habitats favorables à une biodiversité spécifique, souvent remarquables. Ces arbres présentent également une valeur paysagère très forte.

La Carrière de la Troche est un lieu chargé d’histoire géologique. La présentation de Thomas Blaise, géologue à l’Université Paris-Saclay nous a fait remonter à environ 30 millions d’année, quand l’eau couvrait encore le bassin parisien. La mer s’est retirée, laissant comme dépôt la formation des sables et grès de Fontainebleau. Le grès de la Carrière est ainsi composé de la même structure minérale que le sable : du quartz. 

carriere Orsay
Carrière de grès de la Troche au XIXème siècle

Le grès de la Carrière est ainsi composé de la même structure minérale que le sable : du quartz. L’exploitation de la Carrière a débuté au XIXe siècle. Les pierres meulières, qui recouvraient la surface du sol et qui devaient être extraites pour atteindre le grès, ont été utilisées pour les habitations orcéennes. Le grès, très dense, a principalement servi pour les constructions parisiennes, notamment les pavés des voies de circulation de l’époque.

Photos

Magazine

ANNUAIRE DE LA VILLE

couv annuaire2021.22

Carnet de saison culturelle

couv carnetSaison2021.22

Guide des herbes de trottoirs

GUIDE HERBES SAUVAGES COUV