CarteNouvellesRues

L’aménagement du Plateau de Saclay a nécessité la création de nouvelles voies qu’il convient désormais de dénommer. La Ville a fait le choix d’honorer le parcours de deux femmes qui ont marqué l’Histoire, Sophie Germain, première femme à avoir été reconnue comme mathématicienne et Wangari Maathai première femme africaine à avoir reçu le prix Nobel de la paix en 2004. Nous ne connaissons pas toujours le parcours des personnalités citées dans les noms de nos rues. Pour y remédier, voici un voyage dans l’Histoire à la rencontre de deux femmes hors du commun.

Sophie Germain

Sophie Germain, mathématicienne
Sophie Germain (1776-1831) est une mathématicienne, physicienne et philosophe française. Considérée comme la première mathématicienne française, elle est pourtant encore peu connue. Autodidacte, elle découvre les mathématiques à l’âge de 13 ans, en 1789, en lisant Une Histoire des mathématiques de Montucla. Pour pouvoir se consacrer aux mathématiques, alors réservées aux hommes, Sophie Germain les étudie en secret et utilise même de 1794 à 1807, un nom d’emprunt, Antoine Auguste Le Blanc, pour récupérer les cours de l’école de Polytechnique, alors interdite aux femmes. Un pseudonyme qui sera retrouvé dans ses lettres envoyées au mathématicien Carl Friedrich Gauss. Ses recherches et travaux portent principalement sur la théorie des nombres (dont des progrès importants dans la démonstration du grand théorème de Fermat, qui n’était alors qu’une conjecture), ainsi que sur le problème dit « des plaques vibrantes », qui lui permettent en 1816 de remporter un concours de l’Académie des Sciences.


 

Wangari Maathai

Wangari Maathai, prix Nobel de la paix
Née en 1940, Wangari Maathai, première femme d’Afrique de l’Est et d’Afrique centrale à avoir obtenu un doctorat, était professeure d’université et militante écologiste et des droits humains. Mère de trois enfants, elle a consacré sa vie à la protection de l’environnement et à la promotion de la démocratie. En 1977, elle fonda le Mouvement de la ceinture verte, une organisation non gouvernementale qui encourageait les femmes à planter des arbres pour lutter contre la déforestation et la dégradation de l’environnement. A ce jour, on estime à plus de 50 millions le nombre d’arbres plantés grâce à ce mouvement. « L’arbre est devenu le symbole de la lutte en faveur de la démocratie au Kenya », estimait-elle. Elle est la première femme africaine à avoir reçu le prix Nobel de la paix en 2004, pour sa contribution en faveur du développement durable, de la démocratie et de la paix à la suite de son engagement contre la déforestation du Kenya. Elle est décédée en 2011.

Magazine

COUVERTURE MAG 10

ANNUAIRE DE LA VILLE

couv annuaire2021.22

Carnet de saison culturelle

couv carnetSaison2021.22

Guide des herbes de trottoirs

GUIDE HERBES SAUVAGES COUV